Les Archives de Joe

Les Archives de Joe
Machine Robo / Gobots - Présentation

Machine Robo / Gobots - Présentation

30 mars 2017 11:50 - Lu 1169 fois

Machine Robo (マシンロボ) est initialement une gamme de robots transformables en véhicules (ou l'inverse) produites par le constructeur japonais Popy en 1982, puis Bandai au cours de l'année 1983 [1]. Il s'agit initialement de petits jouets de 7-8 cm de haut, vendus peu cher à l'époque dans des petites boites en carton, ainsi que de quelques modèles un peu plus grands. 2 dessins animés totalement distincts viendront appuyer les ventes de ces jouets, l'ensemble, jouets et dessins-animés, étant généralement connus chez nous sous le nom de "Gobots". Quelques autres gammes verront le jour par la suite, jusqu'à très récemment, perpétuant ainsi cette lignée des Machines Robo. Petit retour sur cette licence assez étendue...



Machine Robo originaux

Comme dit en introduction, c'est donc au Japon, au cours de l'année 1982, que Popy se lance dans l'aventure de ces petits robots-véhicules transformables, une aventure qui sera reprise par Bandai en 1983. Initialement, juste une douzaine de jouets seront fabriqués, mais le succès sera immédiat, et jusqu'en 1986, c'est une 60aine de petits modèles qui vont être produits sous le nom de "Machine Robo 600" (マシンロボ 600), le "600" correspondant au prix de 600 yens à l'époque (on parle aussi de "série 600"). Il s'agit de jouets "die-cast" avec le corps en général qui est en métal et les bras/jambes en plastique, vendus dans des petites boites en carton avec insert en polystyrène. Avec des transformations assez simples et un prix très attractif, les petits robots toucheront un large public.

Quelques "grandes versions" d'une 15aine de cm de haut vont aussi être produites. 7 modèles verront le jour dès 1983, et 5 autres plus tard en 1985. Pour l'anecdote, le tout premier modèle, la voiture futuriste Psychoroid, affichait officiellement un lien de parenté avec une autre série animée qui n'avait pourtant rien en commun, Cobra ! L'engin apparait bien 2 ou 3 fois dans les derniers épisodes, mais seulement en mode véhicule.


Machine Robo et Gobots
Quelques Machines Robo japonais et Gobots européens


Etats-Unis et Europe

En 1983, après avoir récupéré Popy sous son giron, Bandai commencera à exporter sa gamme aux Etats-Unis et en Australie (sous le nom Machine Men). Aux US, cette tentative sera un rapide échec, faute d'un réel soutien logistique local. Le fabricant américain Tonka s'intéressera toutefois à la licence et l'obtiendra rapidement, pour aller notamment concurrencer Hasbro et ses nombreux GI Joe. Tonka renommera alors la gamme en "Gobots", la séparant au passage en 2 factions adverses (Friendly vs Ennemy). A noter que quelques rares modèles isolés resteront exclusifs au Japon (3 ou 4) et quelques autres auront des changements de couleurs.

Quand à l'Europe, les premiers robots arriveront sur notre sol assez rapidement aussi, autour de 1983-1984, sous le nom de Robo Machine, et par Bandai directement. Les choses se passeront manifestement mieux puisque ce sera du Bandai jusqu'au bout (le groupe japonais était implanté en France, notamment, depuis 1981 et avait donc une base plus solide). A défaut de se souvenir des divers robots en eux-mêmes, beaucoup se souviennent peut-être plus du gros "Command Center", base mobile géante à 4 jambes, créée initialement par Tonka pour leur propre marché (et donc inédite au Japon, mais ils en ont eu une autre), et assez mise en avant dans les divers catalogues les premières années.


Machine Robo Gobots - Command Center
Publicité catalogue Nouvelles Galeries 1985... avec quelques intrus ^^


A partir de 1985, le nom glissera vers celui de Gobots sur nos packagings, entre autre pour accompagner le dessin animé américain crée pour booster les ventes et qui s'exportait dans divers pays à ce moment là. Les japonais quant à eux créeront leur propre version animée en 1986, que l'on a également eu chez nous.


Les 2 dessins-animés

Parlons-en des 2 dessins-animés justement... Le 1er, Challenge of the Gobots (65 épisodes) est produit entre 1984 et 1985 par Hanna-Barbera aux Etats-Unis. Issus de la planète Gobotron, 2 factions adverses vont s'opposer, les combats ayant principalement lieu sur Terre. D'un côté les "Gardiens", menés par Leader-1 (un avion F16), et de l'autre les "Renegats", menés par Cy-Kill (une moto), ce dernier étant l'un des protagonistes les plus populaire de toute la gamme initiale. Un dessin animé très basique, sorti à peu de choses près en même temps que celui des Transformers, un nouveau venu qui allait vite devenir un concurrent très sérieux.

Challenge of the Gobots - Turbo, Leader-1 et Scooter Challenge
Challenge of the Gobots - Aj, Nick, Matt Challenge of the Gobots - Command Center vs Zod

En 1986, au Japon, une série totalement différente va être produite par Ashi Production : Machine Robo Cronos no Daigyakushû (マシンロボ クロノスの大逆襲 - 47 épisodes). L’histoire se passe cette fois-ci sur la planète Cronos, uniquement peuplée de robots et androïdes. L'arrivée d'un groupe extraterrestre voulant mettre la main sur le secret de la "source de vie" de la planète provoquera de nombreux affrontements avec un petit groupe mené par Rom, dont le père était le gardien justement de ce secret. Grâce à son épée du loup, Rom pouvait se transformer en 2 niveaux de robots géants pour vaincre ses adversaires.

Machine Robo Cronos - Jet, Rom et Drill Machine Robo Cronos - Reina
Machine Robo Cronos - Ennemie Machine Robo Cronos

Deux séries qui mettaient donc plus ou moins en avant toute la gamme initiale des Machine Robo, mais qui n'avaient rien à voir entre elles... contrairement à ce que l'on a essayé de nous faire croire en France ! La série US est arrivée chez nous en septembre 1985, dans l'émission Vitamine, sous le nom du Défi des Gobots. Jusque-là, rien d'anormal. Mais en avril 1987, lorsque la série japonaise arrive à son tour chez nous, dans l'émission Salut les P'tits Loups ! , puis dans le Club Dorothée, c'est sous le nom trompeur de... La Revanche des Gobots ! Et avec des noms identiques à la précédente série pour les principaux robots. Volontaire ou non de la part des responsables de l'époque, la confusion sera immédiate pour nombre de jeunes téléspectateurs qui penseront voir une sorte de suite à la série qu'ils avaient vu 2 ans avant... Donc même si ces 2 séries sont bien basées sur la même gamme de jouets initiale, il faut bien comprendre qu'elles n'ont rien à voir entre elles en termes d'histoires.


Succès divers...

Lorsque Tonka achètera la licence Machine Robo en 1983 et commencera à la distribuer sous le nom de Gobots, le succès sera assez immédiat. Vendus à 3$ l'unité, les petits robots feront mouche et parviendront à se faire une jolie place sur un marché assez concurrentiel. Un succès qui va cependant s'éroder petit à petit face aux Transformers, la faute à un manque de renouvellement de gamme, à un intérêt moindre devant les grands modèles et aussi parce que les Transformers seront mieux réussis sur divers points, tout simplement. Le dessin-animé produit par Hanna-Barbera en 1984/85 ne parviendra pas à renverser la vapeur, le résultat, malgré quelques bonnes choses, étant clairement moins attractif que son alter-égo d'en face, débutée la même année, et produite par Marvel/Sunbow.

Les choses tiendront à peu près jusqu'en 1985-86, avec quand même des nouveaux modèles, et même des modèles exclusifs aux Etats-Unis (et Europe dans la foulée). Jusqu'en 1985, la série initiale des petits robots se vend encore très bien aux US ou en Europe avec de très bons chiffres de vente. Mais la licence est à bout de souffle : en 1986, les ventes aux US passent de 132M de dollars à ... 25M ! Des ventes divisées par 5 en quelques mois, et un dessin-animé qui n'est logiquement pas renouvelé pour une suite. Tonka lancera tout de même en cette année la lignée inédite des Rock Lords, des robots se transformant en pierres, et un film mélangeant Gobots et Rock Lords verra le jour en mars (film inédit chez nous, par contre on aura les jouets [2]).

Gobots Rock Lords

C'est du Japon qui viendra un petit regain d'intérêt, avec le lancement de leur propre version animée, accompagnée de pas mal de rééditions, incorporations de quelques jouets annexes sous le même nom, et surtout la création du robot géant "Baikanfu". Un regain d'intérêt surtout local à l'archipel, en fait. La lignée sera tout de même stoppée en 1987 aux Etats-Unis. Quand à l'Europe, cela tiendra un peu plus longtemps, mais les Gobots disparaissent des catalogues dès 1988.


Seconde ère

La série "Machine Robo Cronos" aura suffisamment de succès au Japon pour donner naissance à une autre série dérivée en 1987, Machine Robo - Battle Hackers (マシンロボ ぶっちぎりバトルハッカーズ), mais qui n'aura pas du tout le même succès et sera stoppée après 31 épisodes. Des OAV seront aussi produites entre 1988 et 1990, basées sur le personnage de Reina, la soeur de Rom, sans grand succès non plus.

Parallèlement à ces productions animées, la plupart des jouets initiaux seront aussi réédités entre 1987 et 1988, avec parfois quelques variantes, mais la gamme était en fin de vie et ne sera plus rééditée par la suite, l'échec de "Battle Hackers" ayant précipité aussi cette fin. Quelques dernières nouveautés auront tout de même eu le temps de sortir avant cette fin effective.

Quelques retours sporadiques auront lieu durant les années suivantes, comme à partir de décembre 1992 avec les CG Robo (CGロボ - qui intègrent sons et lumières), via la branche "Plex" de Bandai. Seulement 14 jouets seront produits, basés sur les anciens modèles, avant que cela ne s'arrête, faute de réelle campagne publicitaire autour de cette sortie. A noter tout de même que les 5 premiers arriveront par chez nous (sous le nom Robo Machines).

Machine Robo CG
Machine Robo CG

Années 2000 : les nouveautés

Les vieux robots ont la carrosserie dure, et Bandai n'a en fait jamais abandonné complètement la licence. 2003 verra ainsi le lancement d'une nouvelle série animée, partiellement en CGI : Machine Robo Rescue (出撃!マシンロボレスキュー), réalisée par le prestigieux studio Sunrise (53 épisodes) visant un nouveau public jeune et présentant de nouveaux robots/jouets. On y retrouvait quelques robots originaux (comme Jet Robo ou Drill Robo), chacun accompagné de 4 autres petits robots plus basiques et identiques, et chaque groupe pouvait s'assembler en un robot géant. Cette série obtiendra des résultats très corrects, au moins au Japon. Pourtant, plutôt que de capitaliser sur ce succès, Bandai change de direction avec une nouvelle gamme de jouets, les Machine Robo Mugenbine (マシンロボ ムゲンバイン), qui présentaient de nouveaux robots "démontables", avec plein de parties qui pouvaient se mélanger pour constituer de nouveaux robots plus ou moins gros selon l'imagination des enfants. Cette gamme, sans soutient d'une version animée, sera tout de même un réel succès au Japon, durant plusieurs années ! Le nom "Machine Robo" sera toutefois retiré à partir de 2008 pour ne conserver que le nom commun de "Mugenbine".


Machine Robo Rescue
Machine Robo Rescue
Machine Robo Mugenbine
Machine Robo Mugenbine


Années 2010 - le revival ?

En 2012, pour les 30 ans de la gamme initiale, une nouvelle série de jouets est produite : Machine Robo NEXT Magnum Police (マシンロボNEXT マグナムポリス), consistant à nouveau en des robots pouvant se combiner, et pouvant former des robots géants (comme certains des années 80). Ces nouveaux modèles sont de plus compatibles avec la série précédente Mugenbine, permettant donc de nombreuses combinaisons.

Mais c'est à partir de 2015 qu'un vrai revival nostalgique va pointer son nez, avec une nouvelle petite gamme encore en cours présentant des modèles estampillés Machine Robo Revenge of Cronos, par Action Toys. Il s'agit de versions modernes, et d'une 12aine de cm en moyenne, des principaux Machine Robo originaux, très articulés, et évidemment transformables. Bien que portant le nom de "Revenge of Cronos", la petite gamme actuelle (moins de 10 modèles à ce jour, qui sortent de façon assez espacée) ne présente cependant que des robots secondaires, à 1 ou 2 près, par rapport au dessin-animé orignal, et semble plus se baser sur la gamme initiale de 1982/83 tout simplement. L'effort reste louable, même si ces "jouets" s'adressent plus à des collectionneurs. Il reste à voir maintenant si le succès sera suffisant sur la longueur pour avoir de nombreux modèles et en faire une vraie gamme étoffée à l'arrivée. A suivre, donc...


Machine Robo Action Toys


Voilà donc pour ce tour d'Horizon des Machine Robo, une gamme étalée sur 35 ans maintenant, et qui présente à l'arrivée beaucoup de modèles, restés hélas un peu trop dans l'ombre des Transformers, mais pas pour autant dénués d'intérêt, bien au contraire.




[1] Popy est une société qui a en fait été fondée par Bandai en 1971, pour fabriquer et distribuer des jouets (surtout des robots) sur des circuits en marge des boutiques de jouets habituelles. En mars 1983, avec la chute de ses ventes, Popy est réintégré à Bandai, la majorité des lignes de jouets en cours continuant tout de même d'être produites.

[2] Les Rock Lords apparaitront de temps en temps dans "Machine Robo Cronos", mais aussi dans le court dessin-animé français "Bleu, l'enfant de la Terre" (13 épisodes, ne sera diffusé qu'en 1990). Cela avait été imposé par IDDH pour promouvoir les jouets qui se vendaient à l'époque.





Commentaires

Aucun commentaire pour cet article.

Ajouter un commentaire :

(les commentaires sont soumis à validation)

Nom / Pseudo
Commentaire


Vous avez aimé cet article ?
N'hésitez pas à le partager ^^


Et n'hésitez pas à me suivre aussi sur Facebook ^^



Articles associés :

Super Gobots - Cy-Kill

Super Gobots - Cy-Kill


Super Gobots - Warpath

Super Gobots - Warpath