Les Archives de Joe

Les Archives de Joe
Le Télécran a 60 ans !

Le Télécran a 60 ans !

25 octobre 2020 09:18 - Lu 129 fois

Eh oui, ce jeu classique qu'est le Télécran, toujours commercialisé de nos jours, fête ses 60 ans. Enfin pour être précis, c'est sa version américaine (Etch A Sketch), en avance de quelques mois sur la notre en termes de ventes, qui a été largement distribuée dans la seconde moitié de l'année 1960. Mais qu'importe, revenons sur l'histoire de ce jeu bien français, dont la naissance fut un peu mouvementée, et qui a connu de nombreuses versions au fil des décennies...


Petit historique...

L'histoire du Télécran commence en 1955, lorsque André Cassagnes, jeune électricien de 30 ans travaillant à Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne), constate que la poudre d'aluminium qu'il utilise sur son lieu de travail adhère sur des surfaces en verre et qu'on peut dessiner dessus de façon très simple à l'aide d'un stylet, comme on ferait des traits sur du sable avec un bâton. Il ne met pas longtemps à mettre au point un boîtier plat contenant la poudre, une plaque de verre sur le dessus, et 2 petites molettes pour déplacer un mini-stylet à l'intérieur et ainsi faire des dessins. Pour effacer, rien de plus simple : on retourne le boîtier et en le secouant un peu, la poudre se remet uniformément sur la surface vitrée.

Après diverses expériences, et plusieurs prototypes, André Cassagnes fini par présenter son invention au concours Lepine de 1957 où il gagne un prix qui l'encourage à persévérer. Du coup il souhaite déposer un brevet international, mais le coût est trop élevé pour lui. Il confie alors son prototype à un investisseur, Paul Chaze, très intéressé par le projet et ayant proposé de prendre en charge son développement financier.

André Cassages, père du Télécran

Mais Chaze va en réalité un peu spoiler Cassagnes de son invention ! Profitant du fait que le jeune électricien n'y connaît rien dans ce genre de démarches, Chaze va déposer le brevet au nom de son propre comptable, Arthur Granjean, en mai 1959. Ce qui fait entre autres que pendant des années, il y aura méprise sur la réelle paternité du Télécran...

Cassagnes, au courant ou pas de cette histoire au moment des faits, continue toutefois de collaborer avec Chaze. Il invente le nom de "Télécran", de par la ressemblance avec les postes de télévision de la fin des années 50, mais il reste désormais à trouver une société pour produire son jeu. Ayant fait le tour de plusieurs fabricants sans succès, Chaze fini par présenter le futur Télécran à Philippe André Mayer, patron de la société Jouets Rationnels (JR). Un accord verbal sera proposé pour une distribution mondiale, mais juste après, Chaze va rencontrer par hasard l'agent d'une société américaine, Ohio Art, avec qui il va signer directement un contrat. Toutefois JR obtiendra quand même les droits pour la France, l'Espagne, la Belgique et le Benelux, et la société fabriquera donc les premiers "Télécrans", y compris pour Ohio Art en passant (sous le nom de "Etch A Sketch" - "Gravez un croquis"), au cours de l'année 1960 [1]. C'est toutefois plus de 600.000 unités qui seront fabriquées directement aux Etats-Unis, et ce nouveau jeu sera l'un des plus recherchés et vendus pour les fêtes de Noël de cette année 1960, aidé en cela par une publicité à la télévision, chose très rare à l'époque pour un jeu ou un jouet.

Outre la confusion sur la paternité du Télécran, le problème va surtout s'avérer d'ordre financier, pour André Cassagnes : il ne touchera donc pas un centime de tout ce qui était vendu aux Etats-Unis. Heureusement quand même, via les Jouets Rationnels, il toucha des royalties sur son exploitation en Europe. Par la suite, Cassagnes traitera directement avec Philippe Mayer / JR pour quelques nouvelles idées, ne souhaitant probablement plus jamais entendre parler de Chaze...



Le Télécran

Je l'ai déjà présenté en partie au dessus, mais le principe du Télécran est on ne peut plus simple : à l'aide des 2 molettes, l'une pour déplacer horizontalement le stylet sous la vitre, l'autre pour le déplacer verticalement, on essayait de faire ou reproduire n'importe quel dessin. Jouer des 2 molettes en même temps permettait de faire des courbes ou arrondis plus ou moins réussis, mais il fallait un peu d'entrainement et de doigté, car c'était loin d'être facile. Mais avec persévérence... Evidemment, le moindre loupé était irréversible et plus d'un enfant a du s'énerver car il avait tourné une molette dans le mauvais sens ^^ En tout cas, avec un peu d'obstination, on pouvait arriver à faire des choses très sympas, et pour l'anecdote, certains artistes sont même parvenus à réaliser de véritables merveille avec ce simple appareil !


Télécran rouge classique
Télécran rouge classique
Dos du Télécran


Différentes versions de Télécrans

En France, le tout premier Télécran sort donc sous la marque Jouets Rationnels (JR) au début de l'année 1961. Il avait gagné quelques mois avant l'Oscar du jouet, et il coûtait alors moins de 30 Francs. Ce sera un succès énorme pour JR, qui devenait ainsi l'un des acteurs principaux du jouet dans l'Hexagone. Deux versions vont en fait exister [2] : une première dans une boite rouge, avec le jeu sans aucune inscription sur la façade si ce n'est le fait d'avoir gagné l'Oscar du jouet en 1960, puis une seconde sans doute peu de temps après (date incertaine) avec un visuel plus attirant, son gros rabat et le jeu possédant sur sa façade le nom Télécran en haut avec le logo JR à droite et à gauche. A noter à l'intérieur l'ajout de plusieurs calques, et une photo dans le fond du rabat devenue classique où les enfants et la nièce de Philippe Mayer posent avec un employé (qui ressemble beaucoup à Yves Mourousi, célèbre journaliste et présentateur du JT de TF1 à l'époque ^^)


Télécran en boite rouge
Télécran en boite rouge
Télécran en boite rouge
Télécran Jouets Rationnels (JR)
Télécran Jouets Rationnels (JR)
Télécran Jouets Rationnels (JR)


En 1969, JR va fusionner avec Joustra, cette dernière venant d'être rachetée par la Compagnie Financière Edmond de Rothschild. Cette fusion donne naissance à la Compagnie Générale du Jouet. D'autres petites sociétés rejoindront ce groupe comme Clodrey, Arbois ou Jouef plus tard. Le Télécran version JR continue toutefois d'être commercialisé, les diverses entreprises du groupe conservant leurs propres marques.

A partir de 1973, le groupe change de dénomination et devient CEJI, décidant au passage d'uniformiser sous ce nom toutes les anciennes marques, ou bien sous le nom d'Interlude en ce qui concernait plutôt ses filiales Jouets Éducatifs Universels (JEU). En ce qui concerne le Télécran, la version CEJI remplace donc la version JR. Le packaging change évidemment mais reste dans le même style avec son gros rabat et le jeu en lui même est aussi quasiment le même : seul le logo JR, à droite et à gauche du nom Télécran en haut, est remplacé par CEJI. On trouve en parallèle des versions Interlude, et si le packaging est là aussi spécifique, le jeu à l'intérieur est strictement le même avec le double logo CEJI. A noter quand même que les calques sont désormais sur des feuilles de papier transparent plus basiques. La version normale CEJI aura aussi un peu plus tard le même packaging (sans rabat, gardant juste la base "pyramidale") que la version Interlude...


Télécran CEJI
Télécran CEJI
Télécran CEJI


Autre version en boite CEJI, base "pyramidale" :


Télécran CEJI version 2
Télécran CEJI version 2
Télécran CEJI version 2


Pour l'anecdote, Ceji va aussi sortir une version "Super Télécran", dans une boite dorée/violette, avec comme principale modification l'ajout d'un 3ème bouton en haut à droite, permettant de déplacer la pointe sans laisser de trait. Ce bouton nommé "stop-trait" permettait donc de faire des dessins espacés sans aucune liaison. De nouveaux calques sont du coup proposés pour aller avec. Ceji ne s'arrête pas là : il existera aussi au début des années 80 des "cassettes Télécran" ! Chaque cassette était en fait un ensemble de jeux spécifiques (courses, labyrinthes, ...). On en choisissait un via les 2 boutons de la cassette, et on posait le tout sur un Télécran.


Télécran CEJI Interlude
Super Télécran CEJI avec bouton stop-trait
Cassette Télécran CEJI


C'est aussi à cette période, au début des années 80, que les logos vont évoluer discrètement. Le nom Télécran prend une forme un peu plus moderne, et le logo CEJI se retrouve en dessous de l'écran, en relief, sous la forme du "bonhomme CEJI" [3]. Au début des années 80, on en trouvera aussi des versions Revell (Ceji-Revell plus précisément), la marque de maquettes, en difficulté, ayant été rachetée par CEJI, mais juste pour une poignée d'années au final. Ces versions se voient agrémentées de dessins pouvant être posés sur la vitre. C'est plus ou moins à cette période aussi que des nouvelles couleurs vont apparaître, pour changer de l'unique et très classique rouge présent depuis une 20aine d'années. Ainsi on va avoir droit à des versions CEJI jaunes, vertes, roses, ou même une version dorée assez classe. Petite précision au passage : toutes ces versions sont toujours made in France. A noter aussi que le packaging va évoluer lui aussi un peu et que la mention "le vrai" va être ajoutée, probablement pour les distinguer de la concurrence.


Télécran CEJI - nouveau packaging
Télécran CEJI - variantes de couleurs
Télécran CEJI - variantes de couleurs


CEJI connaît toutefois de graves difficultés financières depuis le début des années 80, et fini hélas par déposer le bilan en 1985. Ce qui reste est repris en 1986 par le propre personnel de Joustra (qui avait dès 1984 absorbé la plupart de ses camarades du groupe) et est renommé en Joustra Industries. En 1987, la nouvelle société rejoint le groupe Alain Thirion, devenant Jeux et Jouets Joustra. C'est ainsi que l'on voit donc des versions Joustra du Télécran prendre le relais de CEJI, ayant gardé le dernier design en date avec le nom modernisé de Télécran et un packaging très proche. A noter toutefois que nombre d'exemplaires Joustra sont sortis au début avec un Télécran ayant encore le "bonhomme CEJI" en bas, avant qu'il ne soit remplacé par le logo Joustra lui-même. Sans doute le temps d'écouler toute une marchandise déjà produite.


Télécran Joustra
Télécran Joustra
Télécran Joustra


En marge de cette succession, on notera une version dorée fabriquée en Chine, par exemple. Il existera également un "mini-Télécran" Joustra/CEJI, fabriqué en Corée, qui lui aussi aura des successeurs au fil des ans.

La marque Joustra existe toujours aujourd'hui, la société ayant été rachetée par Heller en 1999, et le tout par Maped en 2016. De ce fait, elle a continué de sortir des Télécrans, toujours avec le logo Joustra classique gravé en bas du jouet, et en plusieurs couleurs : jaune, vert, mauve, bleu... et le rouge toujours classique bien entendu. De nombreuses versions vont se succéder et on trouve même une version avec un habillage Dora et sans doute encore d'autres variantes exotiques...

Enfin d'autres marques durant toutes ces années sortiront évidemment leurs propres versions sous des noms et de formes diverses, l'une des plus connues dans les années 80 étant le Makograph. Là par contre je ne me suis pas attardé sur toutes ces versions concurentes, je vous laisse chercher si vous vous y intéressez absolument ^^


Télécran Joustra plus récent
Télécran Joustra - Cyber color
Makograph



Le Télétop

Après avoir crée le Télécran, une variante va voir le jour peu après (date incertaine), sous la marque Jouets Rationnels : le Télétop. On s'approche plus d'un "multi jeu de société", avec un sablier, un dés, des cartes, et la possibilité de mettre sur l'écran différents calques de jeux. Il ne s'agit plus cette fois-ci de dessiner avec les 2 boutons, mais de déplacer un petit disque, en suivant donc les zones du calque que l'on aura mis sur l'écran et les règles du jeu en cours. Un 2nd petit disque peut aussi être utilisé, à déplacer à l'aide du 1er. On sent évidemment toute la réutilisation du principe de base de ce jouet, par rapport au Télécran ^^


Télétop Jouets Rationnels (JR)
Télétop Jouets Rationnels (JR)
Télétop Jouets Rationnels (JR)


André Cassagnes s'est éteint le 16 janvier 2013 à Paris à l’âge de 86 ans. Mais il nous laisse en héritage un jeu devenu culte, au même titre qu'un Monopoly ou qu'un Touché-coulé, et qui fait partie de ces jeux intemporels qui auront marqué et amusé plusieurs générations d'enfants (et d'adultes).

Si vous souhaitez en savoir un peu plus, je vous invite aussi à lire le dossier qu'en a fait le site les copains d'abord, avec d'autres informations complémentaires autour du Télécran, ou pour voir comment c'est "à l'intérieur" d'un Télécran ^^.



1. L'histoire diffère légèrement entre les 2 ouvrages du même Pascal Pinteau, qui m'ont servi pour cet article (cités en source ci-dessous), concernant la récupération des droits par Ohio Art. Certaines dates sont un poil différentes également. Je me suis du coup basé sur le 2nd ouvrage (Big Jim, et l'interview de P.A. Mayer) qui m'a semblé plus pertinent.
2. Les boites ne précisent aucune date, et la boite rouge aucun copyrights. Je n'ai à ce jour trouvé aucune source fiable pour retracer les sorties exactes, donc cela reste sujet à erreur - Si certains ont des précisions certaines sur ces sorties, qu'ils n'hésitent à me contacter ^^
3. Il existe aussi des versions avec le nouveau logo Télécran et l'ancien logo CEJI - un brin compliqué de s'y retrouver à cette période, les boites ne précisant aucune année de fabrication...


Sources :
- http://lescopainsd-abord.over-blog.com/2014/07/telecran-par-nath-didile.html
- Ouvrage "Jouets cultes" par Pascal Pinteau (2008)
- Ouvrage "Big Jim, un monde d'aventure", par Pascal Pinteau (2018) - interview de Philippe André Mayer (Jouets Rationnels)
- https://fr.wikipedia.org/wiki/Jouets_rationnels
- https://fr.wikipedia.org/wiki/Compagnie_Générale_du_Jouet
- http://www.car-collector.net/biographie-joustra-histoire-de-cette-marque-francaise-de-miniatures.html
- et mes propres Télécrans ^^


Commentaires

Aucun commentaire pour cet article.


(les commentaires sont soumis à validation)